Un effeuilleur-mâle au Miss Dorion
avr.
22
2020
Un effeuilleur-mâle au Miss Dorion
mozaik
seperation

Nous tentons une incursion aujourd’hui dans la toute première édition du journal Le courrier express de Vaudreuil-Soulanges, qui a été fondé le 11 juin 1980 par un homme d’affaires bien connu de l’époque, M. Denis Cardin. Pour la petite histoire, monsieur Cardin était propriétaire du Manoir de Brucy à L’Île-Perrot, qui a été détruit par un feu dévastateur le 2 janvier de la même année. Pendant un demi-siècle, ce manoir, connu d’abord sous le nom de Clarendon, a fait le bonheur des villégiateurs puis des amateurs de spectacles avec l’arrivée, tard dans les années 1970, d’une salle de spectacles et d’une brasserie. Bref, l’édifice situé au coin du Grand Boulevard et de l’autoroute 20 était la propriété de Denis Cardin qui, quelques mois après la tragédie, a lancé son journal.

Ce journal connaîtra une vie éphémère d’à peine deux ans, mais non moins effrénée. Derrière la une où l’on voit l’équipe du journal sur le parterre de la maison Trestler, on apprécie les extraordinaires ventes chez Loyola Schmidt Ltée à l’occasion de la fête des Pères alors qu’on nous propose un beau weed eater, le fameux numéro 317, à seulement 17 $.

En page 3, on découvre la savoureuse rubrique Surveillez-vous, on parle de vous où on peut lire qu’un avocat a malencontreusement écrasé une oie, qu’André Hamel de la brasserie du Frère Étienne se prélasse sur les plages de Wildwood et qu’un policier répondant au nom Desmarais a enlevé le 3e rang de la classe A lors d’un concours de brouettes malgré une gastro entérite. On y apprend également que la Maison Valois présente une exposition d’émaux sur cuivre par nul autre que Bernard Séguin Poirier, de poupées d’art et de céramiques jusqu’au 15 juin. Mais la maison, comme on l’apprendra plus loin, sera également l’hôte d’une série de quatre expositions durant la saison estivale.

Un peu plus loin encore, on peut écrire une lettre au podiatre Jean A. Paré si jamais on a des questions sur la santé des pieds. Comment tailler les ongles, nous dit-on, constitue déjà une bonne approche aux soins des pieds. C’est à la page 18 qu’on termine enfin la présentation de l’équipe de ce nouveau journal qui semble être accueilli avec un tonnerre d’applaudissements dans la communauté. Sur cette même page 18, le consommateur pourra rêver d’une Pinto Pony 1980 pour seulement 4,999 $. (Je me demande d’ailleurs à quel moment la virgule après l’unité des milliers a disparu.)

Puisqu’on y est, à la page suivante, l’image d’une femme passant l’aspirateur semble tout droit sortie des années 1960 où l’on promet plus de temps libre à madame avec un Vacu-Maid. En cette ère de confinement, on lit avec intérêt la nouvelle sur les festivités vaudreuilloises du 20 au 28 juin qui ont pour but principal « de rapprocher les citoyens de cette ville en pleine expansion (…) et créer un sentiment d’appartenance au sein de la population qui est souvent fraîchement débarquée à Vaudreuil ». Les temps changent, mais pas tant que ça non plus.

En page 28, nous nous arrêtons sur une nouvelle fort intéressante alors que la Ville de Vaudreuil organise un souper-bénéfice au cours duquel ils nommeront citoyens d’honneur les Mimes électriques ainsi que M. et Mme Télesphore Gauthier. Ces derniers, dont on ne sait rien du prénom de madame Gauthier, célèbrent leur 60e anniversaire de mariage, alors que les artistes Patrice Arbour et Bernard Carez viennent de remporter un oscar pour le film d’animation Chaque enfant. L’un et l’autre ont séjourné dans la région au cours des années 1970. Quant au film d’animation, je vous invite à le regarder en cliquant ici : https://bit.ly/3aobYM1. Il est savoureux.

Pour ceux qui ont acheté un amortisseur chez Silencieux Dorion Amortisseurs (situé au 115, boul. Lotbinière) sachez que s’il ne fonctionne plus, il est encore sous la garantie (à vie), pourvu que ce soit sur une voiture nord-américaine.

Aux pages 52 et 53, on apprend avec grand plaisir l’existence de la station de radio CFLV 1370 qui offre une programmation d’été pas piquée des vers. Notons que l’animatrice Bruhilde Tremblay remplace Gaby Farmer Denis pour son émission d’été et que vous pouvez communiquer avec elle, en studio ou à la maison, mais prière de ne pas appeler pendant l’émission entre 13 h 30 et 14 h 30!

On a aussi droit à un guide télé complet en fin de journal (en fait, uniquement le canal 2 et le canal 10) où on peut apprécier la présence de L’évangile en papier le mercredi 11 juin 9 h 15 avec mon ami Claude Lafortune et à la même case horaire, le vendredi, Les 100 tours de Centour avec mon ami Ghislain Tremblay, alias Pico. Je passe un peu rapidement sur l’annonce du Miss Dorion en page 66 où, pour la première fois dans la région, Claude Andray, le 1er effeuilleur-mâle au Canada, sera sur place avec ses nouvelles topless, pour en arriver aux petites annonces où on trouve de tout, des robes de mariées roses à la location d’un 3 et demi à Vaudreuil pour 150 $ par mois jusqu’à la demande de madame Cécile Boucher qui se cherchait un congélateur de 5 pieds (je l’ai appelée pour savoir si elle l’avait trouvé, il n’y a pas de service au numéro que j’ai composé).

On termine ce tour d’horizon trop court du journal de 96 pages bien comptées en s’arrêtant sur la bière qui se prend en douceur, l’unique O’Keefe, avec les compliments de François Danis, notre agent O’Keefe à Dorion. Merci d’être là mon François!

Dans notre prochain rendez-vous, on se tourne vers l’édition L’Étoile du 12 juin 1980, soit le lendemain de la première parution du Courrier express, afin de voir si on ressent les effets de cette nouvelle concurrence ou simplement pour réaliser que dans l’actualité, on parle de Vaudreuil qui proteste avec raison contre le transfert des activités de l’aéroport Dorval à celui de Mirabel.

Pour vous tourner de bord à votre tour, rendez-vous à l’adresse archives.ville.vaudreuil-dorion.qc.ca.

Patrick Richard

seperation

Autres suggestions

©2019 Mozaïk / Design et code: Les Manifestes