EXTRAITS III – SUITE INTERROMPUE – FORMES BRÈVES
août
18
2021
EXTRAITS III – SUITE INTERROMPUE – FORMES BRÈVES
mozaik
seperation

Par Nane Couzier

Il arrive qu’on se morde les doigts de ne s’être pas préalablement mordu la langue.

 

Croqué sur le vif, ce frère enseignant qui danse à la lune, mains dans le dos, seul sur la patinoire… On croirait la scène sortie d’un tableau de Normand Hudon.

 

Comment deux poules occupent la vie d’un couple de presque centenaires : c’est à qui, le matin, trouverait le premier œuf pondu ; puis à qui, le midi, leur porterait les restes de table ; après quoi à qui, s’il fait beau l’après-midi, les sortirait du poulailler pour les mener à la baguette hors du jardin ; enfin à qui, le soir, les rentrerait… chaque épisode donnant lieu à de sempiternels reproches sur la bien mauvaise manière de faire de l’autre.

 

Difficile de savoir, même après coup, s’il faut déplorer les rendez-vous manqués ou louer le sort qui nous l’aura fait échapper belle.

 

La maison des Lafrance avait gardé son majestueux poêle à bois nickelé. Le tuyau réchauffait l’hiver les chambres mansardées (quand il ne s’enflammait pas), tandis que l’eau des chiens gelait la nuit sur le plancher au rez-de-chaussée.

 

La mésange, perchée sur le rebord de la fenêtre et qui regarde par la vitre, que voit-elle ?

 

Au siècle dernier, l’homme ne représentait, au pire, qu’un « péché de Dieu » (Félix Leclerc) ; de nos jours le genre humain représente le cancer du monde.

 

Ma maison prend l’air et quand le vent s’y engouffre ce n’est pas les grandes orgues que j’entends, mais le halètement indécent du diable.

… à suivre

seperation

Autres suggestions

© 2020 Mozaïk / Design et code : Les Manifestes