LES PYRAMIDES DE GIZEH, LE SOLEIL ET LE MERVEILLEUX
janv
28
2022
LES PYRAMIDES DE GIZEH, LE SOLEIL ET LE MERVEILLEUX
mozaik
seperation

par Patrick Richard

Les pyramides d’Égypte font partie de la classe des monuments qui n’ont plus besoin de présentation. Les enfants apprennent très jeunes à les reconnaître, que l’on soit Québécois, Péruvien ou Papou. Depuis la nuit des temps, les pyramides d’Égypte, particulièrement les trois pyramides de Gizeh, fascinent l’homme, sa femme et leurs enfants. Pour ma part, je suis toujours ébloui de la durabilité de ces constructions. Grâce à elles, une partie du vécu des dynasties égyptiennes de ces temps reculés nous est parvenue et les petits écoliers du monde entier continuent siècle après siècle à les découvrir et à les dessiner. Leur pouvoir d’attraction est immense, et ce, depuis plus de 4000 ans! Comme symbole d’immortalité, on peut difficilement trouver mieux. Comme si à ces époques, le meilleur du savoir, de la créativité et de l’ingénierie s’était mis au même diapason pour servir une intention politique. À une autre échelle, la nouveau télescope James Webb se rapproche un peu de cet idéal antique, mais là n’est pas notre sujet.

La prochaine merveille

Au-delà de leur beauté et de leur pouvoir attractif, ces pyramides renvoient aussi à notre propre immortalité en tant qu’individu, mais aussi en tant que communauté. Que restera-t-il de nous dans 100 ans, 1000 ans, 4000 ans? En posant la question autour de moi, je constate que je suis parfois seul à me poser cette question. Je trouve la réflexion pourtant fort inspirante. Depuis que je suis jeune, peut-être depuis que je sais que ces pyramides existent, je regarde autour de moi et me dis intérieurement que tout ça, un jour, n’existera plus. Ma maison, si solide soit-elle, va s’écrouler. Ce pont neuf sur lequel je cours va s’effondrer. Le monument Je suis, planté ici il y a 12 ans, sera excavé. Observer n’importe quels bâtisse, église, hôtel, stade et encore grand hôpital, même celui qu’on s’apprête à construire chez nous : un jour, ils disparaîtront. Et un jour, les pyramides de Gizeh, aussi immortelles soient-elles, n’existeront plus. En ramenant tout ça à la hauteur de notre vie, on peut simplement se questionner sur nos angoisses quotidiennes, nos marges de crédit défoncées et nos pandémies qui n’en finissent plus. Rien n’est permanent, pas même le soleil qui aura épuisé ses réserves d’hydrogène dans 5 milliards d’années. Ce n’est pas demain la veille, disait ma grand-mère, mais il y a quand même une fin programmée. En attendant cette sortie de scène, il faut patienter en méditant sur ce que peuvent nous apporter les pyramides. Aujourd’hui, ces pyramides existent au moment présent et à défaut de pouvoir les apprécier en vrai, je me contente d’une photo en me demandant : quelle sera la prochaine merveille du monde?  Surtout, quelle est votre merveille du monde? Pour camoufler le marasme ambiant, rien n’équivaut au merveilleux et en le cherchant autour de vous, vous finirez par le trouver.

seperation

Autres suggestions

© 2020 Mozaïk / Design et code : Les Manifestes