Explora ou sortir de l’hôpital
sept
02
2020
Explora ou sortir de l’hôpital
mozaik
seperation

Cette semaine avait lieu le lancement du projet Explora à Vaudreuil-Dorion. Chapeauté par la Société des arts technologiques et issu d’idées de citoyens participants, le projet consiste en la projection d’œuvres numériques sur trois bâtiments de la ville : l’église Saint-Michel, la Maison Valois et l’Opticentre St-Jean-Baptiste. À la tête des œuvres : les artistes Raquel Maciel, Stéphan Daigle et Philippe Corriveau. Si vous vous arrêtez de lire ici, sachez que ces œuvres éphémères seront visibles sur les façades des bâtiments susmentionnés jusqu’au 7 septembre, de 19 h 30 à 23 h. Voilà pour les informations factuelles.

La samba du tramway
Pour le reste, ce dévoilement, toujours aux mêmes trois endroits susmentionnés, a permis à quelques personnes de la communauté de retrouver un semblant de vie normale, masque au visage et distanciation sociale oblige. La dernière fois que j’avais fait une sortie dans ma communauté autre que pour aller faire l’épicerie, c’était pour aller voir le spectacle de Muriel Millard le 22 octobre 1960 au Vaudreuil-Inn. Je ne me rappelais même plus ce qu’il fallait dire aux gens que l’on revoyait pour la première fois depuis longtemps. « Combien sont ces six saucissons? », me suis-je essayé en guise de salut à un vieil ami que je n’avais pas vu depuis le spectacle de Muriel. J’ai balbutié nerveusement des réponses à des questions dont je ne comprenais pas le sens tellement ça faisait longtemps que je n’avais pas assisté à un bain de foule (si on considère comme un bain de foule une trentaine de personnes dans 100 mètres carrés d’espace). J’ai vécu des émotions en me demandant si celles-ci étaient dues aux œuvres numériques projetées sur les murs de ma ville ou aux gens qui regardaient ces projections. Comme si, l’espace d’un court instant, j’avais oublié les masques, le virus, la pandémie, les morts et tout le reste. Du hockey au mois d’août, vraiment? On ne peut même plus se serrer une main, me dites-vous? Se faire un câlin? Se tenir à moins de deux mètres? À une citoyenne tout sourire, j’ai mentionné ma joie d’être là en ayant l’impression que nous sortions tous de l’hôpital après un séjour de six mois. Mais qu’il fallait aussi en profiter parce qu’on allait bientôt y retourner le temps de mettre au point le fichu vaccin. Sur le chemin du retour, j’ai revu les projections sur la Maison Valois, l’Opticentre St-Jean-Baptiste et l’église Saint-Michel. J’ai ressenti un petit frisson. Comme le souvenir d’une vie d’avant ravivée par des œuvres que vous pourrez apprécier encore pour quelques jours en chantant à tue-tête, si vous le souhaitez, La samba du tramway de Muriel Millard.

Patrick Richard

seperation

Autres suggestions

©2019 Mozaïk / Design et code: Les Manifestes