Le monde est fou, c’est ce qu’on en dit
déc.
01
2019
Le monde est fou, c’est ce qu’on en dit
mozaik
seperation

Dans le cadre de l’exposition Du grenier au salon présentée au Musée régional de Vaudreuil-Soulanges, où sont exposés une panoplie d’objets divers, nous poursuivons notre visite des trésors en nous arrêtant cette fois-ci au moulage d’une main d’un homme rendu célèbre en raison de sa chevelure frôlant les nuages, Édouard Beaupré.

« Le monde est fou, c’est ce qu’on en dit, mon chum pis moé, mon chum pis moé. On n’est pas fou, moé pis mon chum, le squelette du géant Beaupré. »
Souvenir d’une chanson des années 1970 du groupe Beau Dommage pour les plus vieux ou couplet qui ne veut pas dire grand-chose pour les plus jeunes, Édouard Beaupré (1881-1904), dit le géant, est entré rapidement dans la légende au Canada avec sa stature imposante (8 pieds et 3 pouces ou 2 mètres et demi). Il dut d’ailleurs renoncer très tôt à son rêve de devenir cow-boy : aucun cheval ne pouvait supporter son poids et ses pieds traînaient au sol de chaque côté. Une tumeur de l’hypophyse, à l’origine d’une sécrétion exagérée des hormones sécrétées habituellement par le lobe antérieur de l’hypophyse, serait à l’origine de son gigantisme. Personnage mythique s’il en est un, Édouard Beaupré a rejoint l’imaginaire québécois au même titre que Louis Cyr (1863-1912) et Joseph Montferrand (1802-1864). Un combat a d’ailleurs opposé Cyr et Beaupré le 25 mars 1901 au cours duquel le géant fut blessé au bout de seulement trois minutes.

Né le 9 janvier 1881 à Willow Bunch en Saskatchewan et décédé le 3 juillet 1904 à l’âge de 23 ans seulement à Saint-Louis (Missouri), l’homme fait partie, tout juste avant sa mort, du cirque Barnum & Bailey. Le corps momifié du géant demeure à la faculté de médecine de l’Université de Montréal jusqu’en 1984. En 1990, l’université remet à la famille d’Édouard Beaupré les restes de celui-ci pour qu’ils puissent être incinérés. Les cendres sont ensuite inhumées dans son village natal.

Ce n’est donc pas le moulage d’une main quelconque que le visiteur pourra voir en se rendant au musée, qui présente là un objet de curiosité parmi une centaine d’autres. Jusqu’au 2 août 2020.

Patrick Richard

 

seperation

Autres suggestions