La Saint-Jean, en 1963
juin
25
2020
La Saint-Jean, en 1963
mozaik
seperation

par Patrick Richard

Dans quelques décennies, lorsque nos descendants porteront leur regard vers le passé, vers l’année 2020, afin de voir comment nous avons vécu la fête nationale à Vaudreuil-Dorion, ils se demanderont peut-être pourquoi les rues étaient vidées de ses gens, les feux d’artifice interdits, les manifestations de joie campées chacun chez soi. Il faudra mettre plusieurs éléments ensemble pour comprendre la réalité que nous vivons actuellement et entrevoir, à travers la lunette de l’histoire, un début de compréhension. Je vous invite à porter cette lunette afin de nous tourner vers le passé pour apprécier comment ceux qui nous ont précédés sur ce territoire ont vécu la fête nationale. On plonge ici dans la forêt touffue de l’histoire pour se poser sur la feuille d’une branche d’un arbre le temps d’apprécier les quelques nouvelles qui se trouvent dans l’édition du journal La Presqu’île « au service de Vaudreuil-Soulanges, Jacques-Cartier ». Comme mentionné en une. Dans l’édition du mercredi 19 juin 1963, on parle de la fête de la Saint-Jean comme de la fête des Canadiens français, pour ne pas dire les « canayens ».

Le programme de la soirée de la Saint-Jean-Baptiste à Vaudreuil fait état d’un défilé traditionnel suivi par un spectacle auquel participera M. Paul-Émile Corbeil. Pour faire une comparaison un peu boiteuse, Paul-Émile était l’équivalent de l’époque de notre Robert Charlebois d’aujourd’hui. En fait, M. Corbeil a connu une grande carrière en tant que basse, réalisateur, comédien et producteur. Né en 1908, il est décédé en 1965. Nous ne sommes pas dans un répertoire de chansons où les gens se déhanchaient en criant les paroles, mais plutôt dans une présentation sobre aux textes à saveur rurale et catholique. Le lien ici vous amène à sa chanson Le laboureur enregistrée en 1945 https://bit.ly/2VaNvVD. Nous ne sommes pas exactement dans une prestation du Festival de cirque, mais pas si loin non plus!

Avant d’entendre Paul-Émile, les spectateurs eurent droit à de nombreuses prestations de chanteurs solistes, dont un beau « O Canada » chanté par Armand Castonguay, ainsi que la performance de la troupe de danse Les Cotillons de Montréal. Un traditionnel feu de la Saint-Jean comme on était capable d’en faire à l’époque et une danse populaire accompagnée d’un orchestre de renom suivit le spectacle.  Sur cette même page où on présente la programmation, on retrouve nombre de cartes professionnelles d’entrepreneurs de l’époque et la plupart, pour ne pas dire la majorité, invitent à célébrer dignement la Saint-Jean.  La dignité, partout.

On rappelle également l’origine de la fête où les « colons de la Bretagne du Poitou et de la Normandie qui nous ont apporté de leur terre natale la fête de la Saint-Jean. Dès les premières années de la colonisation, on vit, les soirs de 24 juin, s’illuminer les grands feux de joie qui, tout au long du fleuve Saint-Laurent, se répondaient de village en village (…) et ces feux sont un vestige des cérémonies druidiques qui se déroulaient chez les civilisations primitives, celles des Perses, des Grecs, des Romains et plus tard chez les Gaulois, pour fêter le solstice d’été. (…) La Fête de la Saint-Jean fut officiellement proclamée Fête nationale des Canadiens français vers les années 1830 (…) et c’est en 1908 que Sa Sainteté le pape Pie X (…) déclara saint Jean-Baptiste patron spécial auprès de Dieu de tous les Canadiens français. »

On ne quittera pas l’édition de ce journal sans relever quelques-unes de ses nouvelles :

  • En une, on apprend que la livraison du courrier à domicile sera retardée parce que ce n’est pas toute la population qui a pris le temps de poser une boîte postale, « chose relativement très peu coûteuse et qui n’est l’affaire que de quelques minutes ». À Vaudreuil cependant, on note que 315 foyers sur un total de 375 auraient fait l’acquisition d’une boîte postale. Pensez-y… 375 maisons à Vaudreuil en 1963.
  • Dans le coin du lecteur, la Chambre de Commerce de Dorion, sous la présidence de Lucien Proulx, a tenu à s’adresser à l’Honorable B. Pinard, Ministre de la Voirie, pour lui faire part d’une résolution de l’assemblée des directeurs de la Chambre pour le remercier « pour la diligence qu’il a apportée dans notre demande du 3 mai, soit le pavage de l’intersection des routes 2 et 17 à Dorion. ». Flatter dans le sens du poil.
  • On apprend qu’à Montréal, le 12 juin, à l’âge de 73 ans, est décédée Mme veuve Adélard Chatelois.
  • Les citrons se vendent en paquet de 6 au coût de 39 sous.
  • La Caisse d’établissement de Vaudreuil-Soulanges offre un taux d’intérêt de 5% l’an sur tous les dépôts.
  • Un peu d’humour en page 13 : « Savez-vous ce que Wolfe a dit lorsque l’on a jeté son monument par terre à Québec?  Je perds mon calme »!
  • Guy Sauvé, dans sa rubrique Bonjour… les sportifs! règle le cas de l’arrêt-court Paul Cyr en écrivant : « Les dirigeants du club St-Polycarpe ont accusé le club des Cèdres d’avoir menti aux détracteurs de la ligue en affirmant que Paul Cyr ne pouvait pas jouer cette saison. Nous le disons et redisons : Paul Cyr ne devait pas jouer et il l’avait lui-même affirmé ». Ça sent la grosse chicane de balle-molle. Rien de nouveau.

 

La dernière page du journal nous ramène à la fête de la Saint-Jean où on invite la population à célébrer en véritables patriotes en participant, notamment, à la parade qui « fera dérouler devant les yeux un aspect de la foi de nos ancêtres : la Croix du Chemin. ». Puis on termine par une invitation qui n’est pas sans rappeler ce que nous vivons aujourd’hui, soit de « se réunir sur le terrain de l’école Saint-Michel (…) autour d’un immense feu de la Saint-Jean qui devrait nous faire oublier l’absence de feu d’artifice. » En 2020, on se réunit autour d’un « pas de feu » qui devrait nous rappeler l’absence de feu d’artifice. Pas de feu, pas de regroupement, mais le bonheur de lire nos archives 60 années passées.

seperation

Autres suggestions

©2019 Mozaïk / Design et code: Les Manifestes